S’initier à la calligraphie chinoise à la Maison du temps libre

S’initier à la calligraphie chinoise à la Maison du temps libre

Sishi Zhu, Chinoise d’origine, établie à Husseren-Wesserling, lance un cours de calligraphie pour débutants à la Maison du temps libre à Mulhouse. Une séance de découverte gratuite est proposée ce mercredi 4 décembre.

Sishi Zhu, 29 ans, est originaire de Wuhan, capitale de la province du Hubei en Chine. Elle est venue en France en 2008 pour y faire ses études (elle a obtenu son BTS assistant de manager puis suivi des cours de licence d’administration publique). Séduite par ce « pays merveilleux », relate-t-elle, la jeune femme a ensuite décidé de rester vivre dans l’Hexagone. Elle est aujourd’hui heureuse habitante de Husseren-Wesserling, une commune aux antipodes, en taille, de sa tentaculaire ville d’origine !

Sishi Zhu donne des cours de chinois mais aussi de japonais. Et, à côté de l’enseignement des langues, elle a bien d’autres cordes à son arc, en particulier dans le domaine artistique. Elle donne des cours particuliers de calligraphie chinoise et de peinture chinoise. Elle anime aussi des ateliers collectifs : « J’ai commencé un cours à l’ Université populaire de Mulhouse il y a un an. Cette année, j’ai commencé à l’UP de Colmar. »

L’artiste propose désormais aussi des cours de calligraphie chinoise pour débutants à la Maison du temps libre, à Mulhouse, ouverts aux personnes de tous âges. Une séance de découverte gratuite aura lieu ce mercredi 4 décembre, à 14 h 30. « Si c’est possible, amenez un pinceau », recommande Sishi Zhu aux personnes intéressées. Pour ceux qui souhaiteront poursuivre leur apprentissage, les cours auront ensuite lieu un lundi sur deux, de 18 h à 19 h 30.

Une exposition

Pour donner un aperçu de ce qu’est la calligraphie chinoise, mais aussi la peinture chinoise, Sishi Zhu propose actuellement – et jusqu’au 9 décembre – une petite exposition à l’entrée et dans le réfectoire de la Maison du temps libre. Elle y présente des œuvres d’elle mais aussi des travaux de ses élèves de l’UP et des œuvres de pointures en calligraphie chinoise. Un art accessible à tous ? « Oui, tout le monde peut le faire ! Et il n’y a pas besoin de comprendre le chinois », rassure Sishi Zhu. « On travaille sur du papier de riz », précise-t-elle.

L’enseignante signale par ailleurs qu’elle reprendra une nouvelle session de cours pour débutants en peinture chinoise le 25 janvier à l’UP de Mulhouse, les samedis à 14 h. « Fleurs, montagnes, arbres, oiseaux, personnages… En peinture chinoise, on peut faire de tout ! », indique-t-elle.

Cet art requiert une grande précision, relève Sishi Zhu. « Il y a par exemple un jeu avec l’eau et, une goutte en plus ou en moins, ça change tout. La peinture chinoise, c’est comme les femmes, il faut être douce avec elle ! », compare-t-elle en souriant. « Il faut aussi respecter la nature. Si on peint un bambou, par exemple, on dessine du bas vers le haut, parce que le bambou pousse comme ça. » La peinture chinoise a par ailleurs des bienfaits qui dépassent le registre artistique : « Ça permet d’équilibrer votre énergie yin et yang. »